Augmentation mammaire : implant ou lipofilling

La chirurgie d’augmentation de la poitrine fait de plus en plus d’adeptes. La motivation des femmes est expliquée par la chute des tabous concernant leur corps. On sait ce qu’on veut et on ne lésine pas sur les moyens de l’obtenir. Les femmes cherchent à obtenir des mensurations en adéquation avec l’image et l’harmonie qu’elles imaginent de leurs corps.

Les diminutions de volume peuvent être dues à une hypotrophie mammaire, donc une insuffisance de développement de la glande, soit la perte de galbe après la grossesse ou en raison d’un amaigrissement.

Dr Sami Mezhoud, votre chirurgien esthetique Tunisie, saura vous orienter vers le choix le mieux adapté à votre situation

Quelle technique utiliser ?

Le lipofilling

Depuis novembre 2011, une nouvelle technique appelée lipofilling (ou injection de graisse autologue) permet de prélever de la graisse sur la patiente, la purifier et la réinjecter dans les seins. Cette méthode permet d’éviter la mise en place d’un corps étranger et de bénéficier, dans le même temps, d’une lipo-aspiration des excès graisseux.

Malgré les mises en garde de la Société Française de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique (SFCPRE) contre cette technique, encore trop récente pour en évaluer les risques et les conséquences, les demandes d’augmentation mammaire par lipofilling augmentent régulièrement.

Inconvénients :

L’intervention dure trois ou quatre heures et deux à trois opérations sont nécessaires pour un résultat définitif.

Une certaine stabilité pondérale est conseillée après l’intervention.

Le suivi radiologique fondamental chez toute femme en période d’activité génitale pourrait être perturbé par ces injections.

La prothèse mammaire

Le procédé d’augmentation mammaire de loin le plus utilisé consiste à mettre en place des implants (ou prothèses) mammaires. Il a l’intérêt d’avoir été largement évalué et d’être de mieux en mieux maîtrisé, entraînant un taux de satisfaction des patientes très important.

Une fois implanté, la prothèse fait corps avec le sein et bouge avec lui. Chez les patientes minces, la prothèse sera positionnée idéalement derrière le muscle pectoral. Sinon, on pourra dans certains cas la placer derrière la glande (juste en avant du muscle) voire employer des techniques mixtes (« dual plan »).

Qu’appelle-t-on « mamelons ombiliqués » ?

Le mamelon ombiliqué, appelé également mamelon invaginé, est une malformation souvent d’origine congénitale qui se traduit pas l’absence visuelle de mamelons ou une présence très peu proéminente. Les mamelons sont alors à l’intérieur du sein au lieu d’être bombés vers l’extérieur